Please reload

BIOGRAPHIE, REVUE DES ARTICLES DE PRESSE, AVIS

2012
"Dans les tableaux d´ Anna Napoli les images, détachées d´un contexte réaliste, ne remplissent pas une fonction narrative mais, tels des photogrammes resurgis de la mémoire temporelle, lèvent le voile sur le souvenir avec tout son contenu émotif".
Voilà l´appréciation que Daniela Pronesti et Filippo Lotti, tous deux critiques, ont émise sur 
l´oeuvre du peintre Anna Napoli. 
"Les couleurs, tantôt vives et vibrantes, tantôt estompées et denses de lumière, ajoutent- ils, sont l´outil utilisé par l´artiste pour restituer au spectateur l´émotion suscitée par l´évocation du passé et l´observation de la nature. Tandis que le souvenir de l´enfance est lié à la tendresse des visages et des lieux qui ont accompagné ses jeux d´enfant, l´étude de la nature ravive son esprit créatif en l´orientant vers l´élaboration d´un langage expressionniste caractérisé par une forte essentialité plastique".

 

2008 Biographie
Anna Napoli est née à Castel di Lucio, antique village normand des monts Nebrodes, en Sicile, où elle a passé ses premières années. Elle a étudié les langues et civilisations étrangères à Florence, Milan, Stamford Lincolnshire et Zürich. Elle cultive en même temps sa passion pour l´expression artistique, notamment pour le dessin, le pastel et l´acrylique. Elle suit assidûment des cours de dessin et de peinture.
Elle a été l´élève, pour le dessin, de la sculptrice Mary Ann Lucchetti. Elle a débuté son activité artistique dans les années 90.
Elle a pris part à des concours de peinture au niveau national et international et obtenu plusieurs prix et avis favorables de la critique. Elle a participé à différentes expositions collectives et personnelles : ses plus récentes expositions personnelles se sont tenues à la Limonaia de Villa Voegel à Florence sponsorisée par la ville de Florence par les soins de Gaetano Lenti et à Bruxelles et Cologne sponsorisée par l´Institut de Culture Italienne. 
Anna, qui vit à Montespertoli dans la région de Florence, de par son travail lié à la connaissance des cultures et langues étrangères est continuellement en voyage dans le monde entier, en Europe et au-delà et c´est cet « éloignement » permanent qui la pousse à faire revivre, grâce à son art, sa terre et ses racines.
« Son ´projet´ artistique semble ´jouer´ en toute liberté avec un apprentissage des émotions qui s´expriment de façon magistrale à travers une poétique toute en magie et en mystère » a écrit à son propos Alessandra Bruscagli.

2007

Anna Napoli est née à Castel di Lucio, un ancien village normand sur le Nebrodi en Sicile où elle a passé les premières années de son enfance.
Après des études en langues étrangères et culture à Florence, Milan, Stamford Lincolnshire (Angleterre) et Zürich (Suisse), elle a poursuivi sa carrière dans le secteur du tourisme et ensuite dans le secteur commercial, secteur dans lequel elle travaille encore, faisant la promotion de produits de Toscane et d´Italie dans différents pays en Europe et aussi hors d´Europe.
En parallèle de sa carrière professionnelle, Anna cultive une passion pour l´art et plus particulièrement pour le dessin et la peinture au pastel et acrylique. Sa longue expérience lui permet de s´exprimer dans des sujets différents. Elle participe à des expositions collectives et organise des expositions personnelles tant en Italie qu´à l´étranger. Elle vit actuellement à Montespertoli près de Florence en Toscane.



CRITIQUES - PRESSE 

 

2008 Anna Napoli présentée par Gaetano Lenti à l´inauguration de son exposition « La saison des chardons ».

« Plus je les regardais, plus je me sentais obligé de les regarder », me dit Anna Napoli alors qu´elle me racontait la première fois qu´elle avait vu des chardons dans sa Sicile natale. 
L´été ensoleillé envahit ses peintures ainsi qu´un mélange d´ambiances et d´atmosphères où les chardons ressortent et se fondent à la fois dans le décor. Les formes sont diluées par le soleil brûlant et disparaissent sous une brume épaisse. On voudrait s´approprier et faire durer le plaisir de la contemplation de la beauté éphémère que l´artiste a su transformer de façon incisive. Dans ces tableaux, d´autres souvenirs se mêlent pour produire d´autres créations ludiques. Ainsi la couleur gris-perle des brules typiques des pays du Nord occupe l´arrière- plan des chardons vus pendant ce voyage en été dans la Sicile asséchée par le soleil. Là, parmi les rangées d´oliviers austères, monuments séculiers, tellement humains sous leur camouflage anthropomorphique, Anna Napoli se délecte dans la découverte de touffes mauves débordant de gobelets auxquels l´imagination de l´artiste a donné des milliers de formes et de couleurs différentes. Ainsi ce n´est plus la réalité qui devient l´instrument de l´art mais l´art qui devient l´instrument de la réalité. L´hésitation d´une artiste qui rechercherait la maturité de son style a disparue. Son style est déjà très affirmé. Son caractère se définit par la qualité incisive de son trait et une joyeuse légèreté chromatique.


2008 Qui est Anna Napoli ?
Anna Napoli présentée par le Prof.Antonio Satta à l´inauguration de l´exposition « La saison des chardons » en juillet 2008 :

J´ai connu Anna Napoli il y a 30 ans. Originaire de Sicile, je l´ai rencontré par l´intermédiaire d´un de mes amis. J´ai été immédiatement frappé par sa brillante personnalité, elle était communicative, extravertie, une plaisante et intrigante interlocutrice, l´expression de ses yeux de biche pouvait être à la fois douce et aimable mais aussi agitée et interrogatrice. Une relation d´amitié débuta entre nous.
Il est difficile pour moi de dire qui est Anna. A part une brève période pendant laquelle nous travaillâmes ensemble, nos rencontres ont été rares et éloignées dans le temps. Je peux seulement tenter de décrire une caractéristique particulière de sa personnalité qui je pense est révélatrice de sa nature profonde.
Cette fille radieuse qui met toute son obstination insulaire et sa détermination à trouver sa voie et à poursuivre une activité originale et implacable qui la conduit à rencontrer des gens du monde entier et de toutes conditions sociales, me surprend à chaque fois que nous nous rencontrons. Bien qu´elle m´apparaisse comme ayant brillamment atteint ses objectifs, elle tente toujours de s´améliorer en lisant, étudiant et apprenant des autres, analysant, comme si quelque chose en elle la propulsait vers de nouveaux challenges avec le sentiment que ce qui est pour moi une certitude confortable est en fait pour elle instabilité, incertitude et n´est qu´une étape vers autre chose.
Je me rappelle encore notre longue conversation devant une salade et verre de vin rouge. Elle avait le désir continuel de s´analyser et de s´améliorer, un besoin naturel de chercher des réponses, une propension innée à l´introspection et à la compréhension des autres, les problèmes de la vie, de l´existence et de la réalité.
L´étude de la mythologie, des religions, de l´extra-sensoriel, de l´astrologie, des médecines alternatives et de la nourriture biologique, la recherche, le besoin de chercher des conseils de ceux dont elle a senti qu´elle pourrait apprendre, était, de son point de vue, la seule alternative à une personnalité décousue, un effort tendant à l´acquisition de nouvelles techniques et compétences à travers de nouveaux moyens d´expression étaient pour elle plus qu´un intérêt temporaire mais plutôt le reflet d´une recherche continuelle, d´un besoin d´atteindre un équilibre plus profond et plus satisfaisant.
Même pendant les moments difficiles, quand elle paraissait s´effondrer, elle remontait la pente au moment où vous vous y attendiez le moins, comme si elle ne s´était autorisée à tomber que pour mieux rebondit avec une nouvelle énergie et une nouvelle créativité. Je me suis toujours demandé où elle puisait autant d´énergie, comment elle réussissait à créer ses multiples facettes d´elle-même. Je peux seulement tenter d´apporter une réponse : sa vision du monde. 
Pour Anna il n´y a pas de fracture entre le monde physique et l´existence, entre la réalité naturelle et la réalité psychique. Au contraire, pour elle elles sont étroitement liées. Il y a deux faces de la même médaille : un monde holistique capable de nous montrer le passé, le présent et le futur et où toute distinction entre l´animé et l´inanimé est inadéquate. Chaque chose renferme la vie, un univers : c´est l´univers entier.
Anna a longtemps cherché sa voie. Dans sa passion de peindre qu´elle a pratiquée avec un enthousiasme sans faille pendant longtemps, dans les lignes et les formes, même dans les détails apparemment insignifiants, dans les teintes et les tons, je peux voir la recherche de ces indices qui rendent l´objectif subjectif, qui transforment le physique en psychique.
Tu as fait un long chemin ma chère Anna, mais je te connais assez bien pour affirmer que tu n´en a pas terminé avec ta quête, que ton exploration n´est pas encore achevée.


2010 Novembre - à l´occasion de l´Exposition Personnelle "Orme e Visioni" à Villa Voegel à Florence presentée par Gaetano Lenti 
Il peut arriver qu´à un moment donné de la vie, malgré les contraintes du travail, de la famille, l´entourage des amis chers, le temps consacré à ses passions ou à ses hobbies, bref tout ce qui occupe notre vie, on ressente le besoin impérieux de se retourner ou mieux de se sentir irrésistiblement attiré par son passé.
Et de ce passé qui peut être empreint de notre enfance et de notre préadolescence se détachent des visions, des émotions, des souvenirs.
Et ces visions : souvenirs, émotions, empreintes, traces, agissent en vous et comme une obsession mantique, vous poursuivent en vous invitant à de nouvelles aventures de l´esprit, devenant ainsi source d´inspiration vers un nouveau chemin créatif.
C´est ce qui est arrivé à Anna Napoli.
Avec mélancolie, inquiétude et fièvre, Anna Napoli sent le besoin de revenir sur la terre de son enfance, pour revivre et redécouvrir ce qui la constituait autrefois. C´est là que sont ses racines, celles auxquelles elle a toujours le sentiment d´appartenir.
Naissent alors de nouvelles visions, de nouveaux rêves font leur apparition, animés par une passion et une émotion créative exigeante.
Cette exposition rassemble à la fois ces oliviers sarrasins, ces cardes, ces paysages, ces visages, ces maisons.
En regardant en arrière, l´artiste se replonge dans ce temps-là, en reparcourt les traces, identifie les signes, se laisse porter par cette matière et s´en imprègne dans un nouvel imaginaire artistique.
"Le pastel m´a permis de donner de l´expressivité à la matière en la représentant de façon agile, rapide, lumineuse, fraîche, plus près de l´émotionnalité du signe que de la reproduction matérielle du signe ou de celle de l´objet. Cela s´est produit dans un premier moment, en particulier pour les cardes et les oliviers sarrasins".
L´artiste passe ensuite à l´acrylique, qui lui donne la possibilité de formuler de nouvelles transparences de couleur, et donner de la maturité à la matière de l´objet à travers plusieurs couches de pigments.
Cela lui permet de parvenir à des effets vibrants en passant ainsi du signe quasi vaporeux du pastel à un signe net, marquant presque l´objet. Ce procédé est suggéré à Anna Napoli par la linéarité imposée par ce paysage ou cet objet qui se révèle à elle rempli de lumière mais à la fois solide et intensément consistant.
Dans ce parcours Anna Napoli se réapproprie, à travers l´objet, l´âme de sa terre dont elle s´était éloignée depuis sa jeune adolescence.
Cette réappropriation se fait en concomitance avec une approche culturelle et holistique des sens et à travers des stimulations littéraires et intellectuelles. 
Le résultat est que l´empreinte du vécu de la toute première adolescence se transforme en un nouveau langage pictural qui tient compte inévitablement de la façon dont le moi s´est culturellement structuré au fil des années. 
Anna Napoli affirme toutefois: "Malgré ce bagage structurel et supertructurel acquis au cours du temps, au moment de revenir sur le lieu de mon enfance les émotions et les impressions ont été tellement fortes que j´ai été inéluctablement contrainte à les exprimer".
Nous comprenons alors comme cette réalité de la Sicile terre natale, au contact d´une force émotive se transforme dans l´imaginaire de l´artiste en une nouvelle apparition des choses qui l´incite à parcourir des chemins picturaux inédits.
Ce sont donc ces œuvres-visions que l´on peut admirer dans cette exposition, apparues d´une « fenêtre brusquement grande ouverte sur ce monde que j´avais déjà traversé mais que je n´avais pas su voir »

2010 Novembre presenté par la critique d´art Daniela Pronestì à l´occasion de l´Exposition Personnelle "Orme e Visioni" à Villa Voegel à Florence
Dans les tableaux d´Anna Napoli le monde est un alphabet d´images premières qui désagrègent le temps pour revivre dans l´espace pictural dans toute leur beauté essentielle.
Les souvenirs, qui dépoussièrent la mémoire, n´ont cependant pas nécessairement le visage de la mélancolie ou des regrets, mais sont un moment de vie qui s´étire sur un fond de couleur, tel le retour de la houle, éclaircissant le passé pour faire apparaître un horizon limpide, un panorama enfin rasséréné.
C´est avant tout à la couleur qu´Anna Napoli confie aussi bien la définition structurelle des figures que la texture lumineuse et l´intensité expressive.
Dans les pastels la palette s´enrichit de tonalités ardentes et vibrantes qui transforment le thème dépeint en pure harmonie chromatique : des fleurs de cardes comme des formes étoilées et un enchâssement de lignes, des oliviers tels des figures humaines, irrémédiablement marqués par le passage du temps. 
Dans la série des acryliques dédiés au thème de la Méditerranée la gamme chromatique s´éclaircit et les couleurs, atténuées par l´effet de la lumière et de l´ombre, définissent les surfaces, découpent les contours, accentuent les volumes. 
Les mélanges deviennent moins épais, les couleurs se fondent les unes aux autres et l´expression picturale se fait plus harmonieuse et intense.
Dans ces tableaux les hommes acquièrent la même force morale que la roche tandis qu´une figure de femme, pliée par le temps et la fatigue semble indiquer à celui qui regarde combien il est important dans la vie de savoir conserver sa dignité.
Même le paysage est une présence intense, jamais escomptée ou narrative: les paysages marins et les coupoles rouges d´une ancienne cathédrale semblent affleurer de la toile comme sortis d´un rêve et restitués au présent sans rien perdre de leur valeur affective.
Mais l´espace où l´artiste les place n´est pas réel, mesurable, logique, il est intérieur, illimité, hors du temps.
Dans le souvenir les contours s´estompent, les détails se perdent, les formes se confondent : ce qui reste, véritablement, est le fond des choses, les raisons à la source de l´inspiration, les moments de la vie auxquels ils sont liés, les instants de pur bonheur qui les ont accompagnés.

2010 Novembre par les critiques d´art Daniela Prenestì et Filippo Lotti à l´occasion de l´Exposition Personnelle "Orme e Visioni"à Villa Voegel à Florence.
Dans les tableaux d´ Anna Napoli les images, détachées d´un contexte réaliste, ne remplissent pas une fonction narrative mais, tels des photogrammes ressurgis de la mémoire temporelle, lèvent le voile sur le souvenir avec tout son contenu émotif.
Les couleurs, tantôt vives et vibrantes, tantôt estompées et denses de lumière, sont l´outil utilisé par l´artiste pour restituer au spectateur l´émotion suscitée par l´évocation du passé et l´observation de la nature. 
Tandis que le souvenir de l´enfance est lié à la tendresse des visages et des lieux qui ont accompagné ses jeux d´enfant, l´étude de la nature ravive son esprit créatif en l´orientant vers l´élaboration d´un langage expressionniste caractérisé par une forte essentialité plastique.

2011 avril par la journaliste et écrivain Alessandra Bruscagli à l´occasion de l´Exposition 
Personnelle "Orme e Visioni" au Gran Caffé de Sesto Fiorentino (Florence)
Voilà que le Gran Caffè nous propose, pour le mois d´avril, une autre importante exposition personnelle intitulée "Orme e Visioni" du peintre Anna Napoli qui vit et travaille à Montespertoli. Pour mieux comprendre son langage artistique il faut rappeler qu´Anna Napoli est née à Castel di Lucio, ancien village normand des monts Nebrodes, où elle a passé sa petite enfance. Elle a ensuite fait ses études à Florence, Milan, Zürich, en Angleterre, a été l´élève pour le dessin de la sculptrice Mary Ann Lucchetti. Mais son âme a été imprégnée par la période sicilienne: les couleurs miroitantes de la mer, la nature féconde et luxuriante, les détails architecturaux encrés dans sa mémoire affective, les atmosphères méditerranéennes avec leurs parfums incomparables sont partie intégrante de son âme sensible et Anna Napoli ne pouvait donc que déverser sur ses toiles toutes ces sensations vécues pendant la période dorée de son enfance, des émotions qui appartiennent aux puissantes racines qui la relient à sa terre d´origine. Des oeuvres exceptionnelles teintées de suggestions évocatrices en sont nées, fruit d´une recherche appliquée et singulière qui l´a conduite à créer des fonds brumeux et fascinants, auréoles suggérées d´où semble émerger l´image voulue, tel un voile mystérieux s´ouvrant pour révéler un monde magique, féerique, ce monde enchanté que l´on ne découvre qu´au commencement de sa vie. Prenons par exemple la porte illustrant cet article: une porte fermée est généralement symbole de distance, de détachement, mais ce n´est cependant pas le cas ici. En la regardant, l´envie nous prend de l´ouvrir tout doucement, dans un léger grincement de bois, non pas menaçant mais au contraire nous invitant à nous faufiler à l´intérieur afin d´y découvrir toutes les merveilles cachées.


2011 par la journaliste et écrivain Alessandra Bruscagli à l´occasion de l´Exposition Personnelle "Orme e Visioni" auprès de la Banca Credito Cooperativo di Cambiano à Montelupo Fiorentino (Florence)
Le samedi 9 juillet à 11heures, à la Galerie de la Banca di Credito Cooperativo di Cambiano, dans l´agence de Montelupo Fiorentino, aura lieu l´inauguration de l´exposition personnelle d´Anna Napoli "Orme e Visioni". Une excellente sélection de huit oeuvres de grandes dimensions que l´artiste présente dans cette dernière exposition, excellente en ce sens qu´il s´agit de tableaux réussissant à « raconter » au mieux non seulement le langage expressif d´Anna Napoli mais également son « projet » artistique qui semble « jouer » en toute liberté avec un apprentissage des émotions qui s´expriment de façon magistrale à travers une poétique riche en magie et en mystère. Le tableau « Coupoles rouges » en est un exemple éclatant, qui évoque un paysage de fable sorti de la mémoire d´une « artiste-enfant » ayant conservé intacte sa capacité d´étonnement et d´émerveillement. Il est aisé de comprendre combien le lien d´Anna Napoli avec la terre, cette terre-mère est fort, les grands troncs blessés par le temps et la douleur de vivre nous le disent, tout comme la vivacité et l´harmonie des fleurs exprimées dans « Anatomie céleste », « Essences orange » et « Matin d´été », d´où transparaît une grande sensibilité intérieure et un amour immense, une étincelle précieuse reflétant toutes les lumières du cœur et les couleurs qui savent reproduire la valeur incommensurable des éléments primordiaux qui nous appartiennent. « Orme e Visioni » restera ouverte pendant tout le mois de juillet et pourra se visiter pendant les horaires d´ouverture de la Banque.


L´artiste sicilienne ANNA NAPOLI est la protagoniste de l´exposition 
" ATMOSPHERES MEDITERRANEENNES" organisée par l´INSTITUT CULTUREL ITALIEN DE BRUXELLES, inaugurée le 7 février et qui se poursuit jusqu´au 29 février 2012, rue de Livourne 38, 1000 Bruxelles.
ATMOSPHERES MEDITERRANEENNES par Alessandra Bruscagli
Les caractéristiques, les signes particuliers, les parfums, les couleurs de la terre natale mêlés aux sonorités des termes dialectaux, aux bruits qui accompagnent la simplicité du quotidien ne représentent pas pour Anna Napoli, un élément décoratif extérieur mais constituent, comme c´est le cas pour la plupart d´entre nous, une charpente, un soutien, une armature mentale et sensorielle où ont trouvé leur place toutes les perceptions et les impressions postérieures. Et comme ce pays natal est situé dans l´antique paradis des biches au cœur des Monts Nébrodes et que la personne dont il s´agit n´est autre qu´Anna Napoli, artiste sensible et passionnée, il est évident que son imaginaire fantastique est empreint de fortes valeurs émotives révélées par l´originalité de ses tableaux. 
Une intériorité riche, liée au vécu de sa petite enfance dans l´ardente Sicile la portera en tant que femme à vivre d´intimes émotions positives et en tant qu´artiste à les faire « vivre » dans ses tableaux, une heureuse composition du passé à travers un langage expressif, jamais inquiétant, jamais empreint d´allusions, jamais pétrifié, jamais mélancolique. Un langage émotionnel traduisant son amour pour un expressionnisme discret, serein, joyeux qui se dénoue et évolue dans un « jeu » de coups de pinceaux aux chromatismes nets et puissants qui réussissent à voiler les images de mystère et de magie, dans une réalité, qui bien qu´imaginaire, se nourrit de racines profondes plongeant dans l´évocation de mémoires mystérieuses qui ont le parfum des lieux enchantés, des atmosphères denses dévoilant des souffles secrets et lointains, imprimés au plus profond d´une âme d´enfant. 
Une visite de l´exposition "Atmosfere Mediterranee" et des oeuvres qui la compose suffit à vivre une aventure artistique inédite et authentique, un plongeon dans un silence vibrant de richesse spirituelle: observons par exemple le tableau intitulé "Case sul mare" et laissons-nous séduire par le bleu des vagues entourant les habitations qui nous enveloppe entièrement, absolument, une étreinte qui ne nous indique qu´imperceptiblement où finit l´étendue marine et où commencent les anciens murs aux multiples fenêtres où pendent des rideaux blancs semblables à autant de drapés dont les plis dissimulent peut-être le quotidien des habitants, leurs fatigues, leurs joies, leurs peurs, vécues en symbiose avec l´immensité de la mer. Poursuivons notre voyage parmi les peintures d´Anna Napoli pour admirer "La barca" et "La porta". Une porte fermée résonne chez tout un chacun comme un signe de distance, de détachement, en revanche on a ici l´impression en la regardant que cette fermeture teintée de couleurs et de signes est une porte magique qui, au lieu de nous éloigner, nous invite à entrer, à découvrir ce qu´il y a derrière, ce qu´elle renferme, peut-être une princesse, un cheval féerique, un écrin précieux?
Chacun de nous y trouvera quelque chose de différent mais sans aucun doute quelque chose de beau, une histoire fascinante. Nous désirons l´ouvrir tout doucement, percevant le léger grincement du bois, non pas sinistre mais invitant car c´est ce que nous « promet » l´artiste à travers sa peinture faite d´énergie tout en harmonie et en authenticité. Et que dire de la barque solitaire avec sa rame et son étoffe à l´abandon. Une barque sans personne, sans arrière-plan de paysage nous renvoie habituellement à l´idée de solitude, mais celle-ci a au contraire un aspect accueillant, attrayant et semble nous dire : - Allez, montez, la rame vous attend, qu´attendez-vous ? Faisons une promenade sur cette mer toute en nuances violettes et roses où la lumière filtre et nous caresse -. « La masseria assolata » narre la campagne où les jaunes évoquent à l´esprit la couleur des blés mûrs tandis que les toits rosés narrent l´espérance innée des travailleurs de la terre dans l´attente de la belle saison, dans l´espoir d´une bonne récolte ou de la clémence de la tempête. 
Mais aussi "Cupole rosse a Palermo", vues des quartiers, des clochers et des paysages qui nous indiquent comme Anna Napoli se place devant un lieu non pas pour le représenter mais pour pénétrer directement à l´intérieur, le creuser, découvrir sa lumière et ses ombres et nous les restituer avec spontanéité pour partager avec nous étonnement et émerveillement sans jamais ressentir l´écoulement du temps, dans une éternité qui devient possible, caressant l´idée d´une existence sans limite, d´un monde éloigné de la tristesse, de la précarité, fait de petites choses, de fantaisie, un monde propre sans aucune contamination négative ni symbolismes inquiétants, sans doutes angoissants, un monde peut-être utopique mais qui nous console et nous fait du bien.
Il y aurait encore beaucoup à dire sur les oeuvres présentées dans cette exposition personnelle et l´espace est compté, mais on ne saurait toutefois conclure sans mettre l´accent sur les portraits du monde sicilien: "I giocatori di carte al porto", les figures de personnes âgées de "Nebrodi 1 - 2 - 3" ou "Donna con noci", gens simples accoutumés aux tâches les plus humbles, remplies pendant des années non par résignation mais par acceptation, acquise probablement au cours d´une vie en communion avec la nature, mère souvent trop peu écoutée, une acceptation qui ne fait pas fi des sentiments mais au contraire les cultive et les fait grandir par la chaleur empreinte de lenteur des regards, des gestes, des mouvements de l´âme. Dans « Ombrelloni rosso e verde » où l´artiste a peint les lignes de deux grands élégants parasols colorés, plantés bien droit, tout près l´un de l´autre et ancrés sur la rive comme un défi aux vents marins et à la violence des hautes vagues, on peut aisément déceler la métaphore de la vie en couple, de la vie humaine, de la vie ensemble et une suggestion sur la façon de l´affronter : unis et avec courage, défiant les contrariétés.

ATMOSPHERES MEDITERRANEENNES est une exposition significative qui marque une étape importante sur le parcours pictural d´Anna Napoli et dans le panorama artistique italien, grâce à cette invitation dans un lieu prestigieux comme l´Institut Culturel Italien de Bruxelles. Une exposition proposant des traces persistantes, des visions qui accompagnent et illuminent un quotidien parfois peu satisfaisant. Ces images nées des lieux de l´âme nous aident à trouver l´impulsion, l´envie de changer en mieux notre microcosme et celui de ceux qui nous entourent. Comme nous le savons le rôle de l´art est de communiquer et le message transmis par les œuvres d´Anna Napoli est le suivant. « Regardez au-delà des portes fermées, des apparences trompeuses, cherchez dans les espaces dissimulés et se feront jour des images insoupçonnées, de nouvelles histoires toutes à inventer ». Ou à réinventer car nous savons bien le besoin qu´a notre société de recevoir stimulations et encouragements, parfois tout à fait inconsciemment, qui n´en sont pas pour autant moins importants et nécessaires. Mémoire qui ouvrent la voie du souvenir et du contenu émotif. L´utilisation de couleurs vives et intenses, flous et denses, nous racontent l´émotion de l´évocation du passé et de l´observation de la nature. Les souvenirs de l´enfance liés à l´observation de visages et de lieux , et  l´observation de la nature constituent la source de son esprit créatif.

 

 

©©© COPYRIGHT ANNA NAPOLI, annanapoliart@gmail.com, tel mobile +39335393889